Warriors Cats

Dans cette bataille, même le héros peut mourir, à toi de voir...
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]

Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Temporelle
Aucun rang
Franchement, qu'est-ce que je fiche là ?

Étoile Temporelle

Nombre de messages : 26
Âge : 24
Date d'inscription : 24/03/2010

Chat
Sexe: Mâle
Rang: Chef
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeDim 28 Mar - 19:05

    Je rentrais dans le camp, ma gueule chargé par deux lapins des landes. Je revenais de la chasse mais pas bredouille. Je suis Brise Temporelle, guerrier du Clan du vent, plus chasseur je dirais.
    Depuis ma plus petite enfance, j'ai toujours été un grand chat mais tout en longueur et en finesse. Cependant, mes crocs restaient les plus puissants de mon Clan ainsi que ma vitesse, sans avoir une grand puissance de la part de mes griffes ni en ayant point de larges épaules.
    J’étais grand, fin et souple, j'était content de mon corps. Mais j'étais réputé pour être sombre, antipathique, jamais content, sévère mais rusé. Et surtout, je n'aimais pas mon pelage. Un fouillis de blanc et de gris.

    J'arrivais au centre du camp, peu convaincu à l'idée d'amener mes proies sur la pile de gibier, mais je le fis tout de même.
    Ma meilleure amie, Cœur Tacheté, avait quitté le monde des vivants quelques jours auparavant. La dernière malade de la saison avait couté cher son retard et fut morte pendant la nuit. Son père, Cœur d'Or, l'avait veillé toute la journée, un lien fort s'était tissé entre eux. Pauvres chats.
    Je déposais mes proies quand l'idée de partager un repas avec ma bien-aimée me prit soudainement. Bref, je repris un lapin et je partis vers la pouponnière.

    Doux Mirage, c'était elle ma compagne. Allongée au soleil, je ne pus que la voir. Elle était tout l'inverse de moi : belle, gentille et forte. J'étais fous 'elle, rien ne pouvais me séparer de Doux Mirage.
    Mais pas seulement, ma fille, Petite Mélopée, censée être orpheline. Si je lui ai dit la vérité ? Plutôt mourir. Déjà qu'elle n'est pas sociable, pourquoi la rendre haineuse envers ses parents ?
    Certains guerriers me disaient que ma fille avait le physique de sa mère et le caractère de son père. Je me sentais alors frustré, car ils le disaient avec ironie et moquerie, je ne voulais pas que ma fille se sente visée.
    J'offris le rongeur à ma compagne et lui proposa de m'occuper de Petite Mélopée si elle voulait chassée. Bien sûr, elle accepta, dévora sa proie avec moi et partit. Il restait encore des restes sur le lapins, assez pour combler la faim d'un chaton affamé. J'irai l'offrir à ma fille. Je pris la carcasse entre mes crocs et me dirigea vers l'entrée de la pouponnière.

    J'arrivais dans le terrier de blaireau abandonné où plusieurs galeries s'ouvraient à moi. Je me repérais à l'odeur et entrais dans celle de gauche où je trouvais ma fille sur sa litière de mousse.
    Sa ressemblance avec Doux Mirage me frappa de nouveau, si bien que je fus heureux qu'elle pense qu'il y ait au moins un lien familial.
    Cependant voilà, je gardais jalousement ma compagne et je regardais ma fille avec un peu de mépris. heureusement, cela ne durait que quelques dixième de secondes. Mais moi, je ne souris pas, je ne suis aimable avec aucun chat du Clan, même pas avec mon chef. Au moins, nous avions la même ressemblance psychologique avec ma fille.

    Je me pencha vers elle et lui donna quelques coups de pattes sur le ventre en grognant :


« Debout feignasse, j'ai apporté à manger. Allez, lève-toi ! »

    Je suppose que cela ne devais plus l'étonner depuis le temps, et elle le savais bien : je n'aimais pas les flemmards et je lui avais bien dit un jour « Je ne te traiterai jamais comme un chaton, on est tous guerrier même en étant apprenti. Et toi ? Tu es un chaton ou une guerrière du Clan du vent ?».
    Et je suppose que cela l'eut stimulé, je n'aime pas les perdants mais je voulais avant tout protéger ma fille, car je l'aimais plus que tout, plus que ma vie. Et la seule chose que je n'eus pas aimé chez elle fut son passé, plus ignobles parents soient-ils d'abandonner leurs enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Mélopée Nuageuse.
• Mélo-truc.
Jus d'orange à la Vicodin 8 D.


Mélopée Nuageuse.

Nombre de messages : 228
Âge : 22
Localisation : Buvant du thé avec le Chapelier Fou (8).
Date d'inscription : 21/03/2010

Chat
Sexe: Femelle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeDim 28 Mar - 21:03




      Keep Holding On - ichi <3

    H
    m , que le monde des rêves est doux. On peut voler et s'amuser à son aise , grimper sur des coquelicots géants , sauter , courir , rire , et tout ça sans arrières pensées , ni peurs ou hontes. Ah , le monde des rêves. Parfois , il m'arrive d'entendre un petit rire timide mais adoré , et d'apercevoir une petite silhouette noire et maigrelette. Mais j'ai beau la suivre et l'appeler , l'être étrange finit toujours par disparaitre sans laisser de traces , et moi je me réveille avec ce même goût amer dans la bouche. Voilà le seul inconvénient des rêves. Il se terminent toujours et jamais au bon moment. Et après eux il y a toujours le réveil. Le Soleil , les autres. Les rires moqueurs mais aussi les gémissements de peur ou de rage, suivis d'une journée solitaire et sans intérêts. Puis , enfin , le coucher. Et une autre nuit remplie de rêves ... ou de cauchemars. Ah , les cauchemars. Froids , terrifiants , tordus , gores. Inoubliables. Douloureusement inoubliables. Toujours les mêmes. Un monstre. Un ... Je ne sais pas. Et puis un cri. Et tout ça dans un mélange de rouge et de noir , de sang et de haine , d'horreur ... Et ils me poursuivent , sans relâche , toute la journée. Parfois , certains mots , certains gestes , certaines personnes (ou plus précisément une personne) me les rappèlent , si bien que je fonds en larmes ou m'enfuis en courant. Une petite étincelle ... et tout s'enflamme.

    C
    omme quoi , comme le disent si bien certaines personnes , le loto entre rêves et cauchemars est comme la pornographie ; on saura quand on verra.

    « Debout feignasse, j'ai
    apporté à manger. Allez,

    lève-toi ! »
    Je sursauta. Plongée dans mes pensées , je n'avais pas entendu la "chose" souple et grisâtre s'approcher. Et cette "chose" , de par son odeur et son ton -tendrement- désagréable , ne pouvais être qu'une seule personne. Je roula sur le ventre , et , sans sortir les griffes , donna un vif coup de patte dans le museau pseudo-paternel. Puis , roula à nouveau sur le dos , je m'arcbouta et courba ma tête au maximum pour croiser le regard bleu azur de "pôpa". Oui , c'est comme ça que je l'appelais. Tout en sachant très bien que ce n'était pas mon vrai père. Mais bon , si ça peut leur faire plaisir , autant pour moi ... Je cligna lentement des yeux et étira mon habituelle rictus en un sourire bien ironique.
    « Bouh.»

    Puis , sans laisser le temps à mon "pseudo-géniteur" (je n'aime pas le terme "père adoptif") répondre , je m'étira longuement et bailla , avant de lancer d'un ton tout à fait neutre ;

    « Tu tombes à pic , pôpa. Sa creuse l'appétit de glander toute la journée ! »
    Je ne vous mentirais pas. Brise Temporelle -car c'est de lui que je vous rabat les oreilles depuis tout à l'heure- était sûrement le seul chat que j'appréciais vraiment. Fort mentalement comme de caractère , rebelle , fier , il ne se laissait pas dominer par les autres. Il avait tout pour lui , mise à part le fait d'avoir décidé de rester dans ce foutu Clan ... Une grosse connerie de sa part , si vous voulez mon avis.


____________________

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Base_113

Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L'homme aima les oiseaux et inventa les cages.


Revenir en haut Aller en bas
Étoile Temporelle
Aucun rang
Franchement, qu'est-ce que je fiche là ?

Étoile Temporelle

Nombre de messages : 26
Âge : 24
Date d'inscription : 24/03/2010

Chat
Sexe: Mâle
Rang: Chef
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeMar 30 Mar - 21:37

    Et voilà que ma fille se réveilla... Pour jouer. Hélas pour moi, les chatons, c'était décidemment pas mon truc. J'espérai tant pour elle, je voulais son bonheur et j'étais content qu'elle n'ait pas de frères ou de sœur, après c'est compliqué. Soit ils sont inséparables et quand l'un meure, l'autre est mort, soit ils se détestent et l'un d'eux disparait un jour... Dans un terrier de blaireau.
    Baaah ! Horrible souvenir qui était toujours ancré bien profond dans ma mémoire, Petit Orage happé par cette chose noire et blanche et les deux autres poussant des cris terrifiés. D'un côté, je m'étais réjouit de la mort de ce petit c*n, mais ma joie a été de courte durée lorsque le deux autres pommes ont submergé ma mère de menaces sur moi. Heureusement que mon père avait été un vaillant guerrier et qu'il m'avait au moins transmit son sens de la loyauté, du courage et de l'intelligence. Toute ma gentillesse s'était évaporée à cause de cette bande de c***ll*ns, je les haïssais même dans l'au-delà. Je n'avais tué aucun de ces trois là, j'avais besoin de mon cota de vengeance et vous savez quoi ? Je l'avais inconsciemment trouvé ? Il état hélas là, sous mon nez : Petite Mélopée. Je voyais en elle le chaton malheureux que j'avais été et jamais je ne lui ai raconté la terrible histoire du petit chat amoureux en secret de sa mère de peur qu'on se fiche de lui. La plus belle du Clan qu'elle était à cette époque ! La plus belle ! Toute sa beauté, je ne la voyais même pas en ma fille, je me voyais, cela dépassait la couleur de fourrure, je la prenais en pitié. Il fallait en quelque sorte que je me défoule sur cette chose si petite pour lui faire comprendre, explicitement, que si elle cédait ou si elle se sentait concernée par mes piques, elle perdait automatiquement la partie. Ma propre leçon avait été tirée de Patte de Panthère et maintenant, je transmettais mon savoir à Petite Mélopée. Mais cela ne m’amusait guère, plus vite elle comprendrait, mieux je me porterai.
    Bref, vau mieux que je me reconcentre sur l'instant présent. Enfin bon, elle m'appelait «Pôpa», surnom très... Bon, je vais pas m'énerve pour ça, c'est mignon, et puis je vais pas l'engueuler à chaque fois, même si j'aime beaucoup ça. je me suis penché vers elle et déposé ma proie, enfin ce qu'il en restait, au pied de la petite femelle écaille. Je ne savais pas si c'était sa première mais je me contenta de lui murmurer :


« Mange ça, c'est la vraie bouffe d'un guerrier, tu grandiras plus vite et puis... Si tu veux on ira dans les plaines après à l'unique condition que tu ne dises rien à ta mère. »


    Je posais ma proie devant elle et je regardais autour de moi, balayant la pénombre de mes fantastiques yeux bleus. C'était la seule chose qui me plaisait chez moi, des yeux turquoise. Bon, j'arrête mon égo sans limite et replonge dans ma contemplation de la galerie. Doux Mirage partageait cette tanière avec une autre reine qui s'était assoupie. Contre son ventre, deux chatons dormaient à poing fermé. Ils semblaient âgés d'au moins quatre ou cinq lunes.
    Moi, je n'avais pas de voisin dans ma petite enfance, j'avais ma mère, Langue de Vipère. Cette vieille chouette, baaah ! Belle mais idiote, je n'aimais pas ma mère, elle nous avait trahi en tentant de tuer Etoile Noble. Je n'aimais presque personne dans le camp -et la seule que j'avais apprécié à sa juste valeur était morte il y avait maintenant quatre jours- mais mon chef, c'est autre chose. Je le respecte et je ne le trahirai jamais, sauf si la vie de ma famille en dépend.
    Puis, une crainte me vint en tête, aussi foudroyante qu'un orage d'été. Je m'approcha de son oreille et lui susurra en m'assurant que la femelle ne m'entende pas.


« Tu t'entends bien avec les autres chatons ? Ils ne te font pas de mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mélopée Nuageuse.
• Mélo-truc.
Jus d'orange à la Vicodin 8 D.


Mélopée Nuageuse.

Nombre de messages : 228
Âge : 22
Localisation : Buvant du thé avec le Chapelier Fou (8).
Date d'inscription : 21/03/2010

Chat
Sexe: Femelle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeMer 31 Mar - 13:44


Étoile de nuit. Étoile de minuit.

Toi qui illumine mon cœur d'une noirceur solitaire ,
toi qui me promet tant mais ne me donne rien ,
laisse moi au moins un espoir , un choix.
Je saurai faire le bon.

U+ur hand - here.

    Le Néant. Certains idiots disent qu'il n'existe pas, qu'il n'est rien, et pourtant , ma rationalité poussée cri au scandale. Si il n'est pas, où sont donc passés mes souvenirs , où est donc enterré mon passé ? J'ai bien dû naitre , grandir , être aimée avant ça ? Ou le point de départ de ma vie a t-il été marqué par la vue des silhouettes floutées de Brise Temporelle et Larmes du Temps ? Ainsi ne suis-je qu'une énigme ambulante , un mystère tordu , qui démange et énerve les autres.Un parasite. Mais rien qu'une puce fut un jour un œuf puis une larve , alors moi , Petite Mélopée , doit bien avoir eu une mère et une enfance ? Obligé. Mais même si se fut le cas , à présent , tout a disparu , c'est disloqué dans le froid mordant du Néant ... Des souvenirs. Forgotten. Savoir. Je veux savoir. Je ne suis pas Petite Mélopée. Petite Mélopée est une ombre infâme qui m'a recouvert , a recouvert ma véritable identité. Petite Mélopée est un leurre. Brise Temporelle n 'est pas mon père , cette Doux Mirage n'est pas ma mère , et cet Anciens doré n'a aucun lien de parenté avec moi. Je ne suis qu'une coquille fragile et vide , qu'hante une âme froide et noire. Petite Mélopée. Elle me mènera à ma perte. La chute , la décadence , ma décadence. Décadence débutée il y a longtemps , et qui continue de s'aggraver ... Mais que faire , que voir à travers un si affreux oublie ? Rien. Les souvenirs , balayés par la pluie et la vent du Néant , ne reviendront point ...

« Tu t'entends bien avec les autres chatons ?
Ils ne te font pas de mal ? »
    Je cligna lentement des yeux. A force de penser , j'avais bien fini par l'oublier , lui. Et bien , si le retour à la réalité était souvent rude , celui ci sa passa sans problèmes. Abandonner ses doutes à la mémoires , souffler , mais aussi perdre le peu de gentillesse qui restait. Petite Mélopée était revenue. D'un geste sec et précis , je roula sur le ventre et me leva sans ménagement , avant de rejeter en arrière ma petite frimousse calico , du genre " Je suis une princesse et je t'emmerde ". Ensuite , je baissa mon regard bleuté sur la carcasse fraiche que mon géniteur adoptif me présentait. La proie ressemblait plus à une charogne qu'autre chose, mais la faim et la curiosité furent trop fortes. Sans répondre immédiatement à la question du matou grisâtre , je m'accroupis et appât une grande bouchée de chair. Tendre , juteuse , elle fondait presque dans ma gueule. Bien meilleur que cette gelée infecte qui me servait de lait maternel. Je me lécha les babines à la recherche d'une quelconque bribe de viande que j'aurais , par pur hasard , oublié. Enfin , après un rapide coup d'œil , j'eus constaté à regrets qu'il ne restait plus rien , je ramena mon regard et mon intention sur Brise Temporelle. Celui ci m'observait avec le même œil sévère un impatient que d'habitude.

« Hm , il y a des moments où je préfère être seule qu'entourée des rejetons.
Non , ils ne m'embêtent pas , mais de toutes façons ,

je n'ai aucune hésitation à rendre les coups.
»

    J'eus un petit rictus mauvais , me rappelant de ce "mioche" de cinq lunes que j'avais mordu après qu'il se soit moqué de ma façon de "sourire". L'abruti s'était enfuit en larmes pour se cacher derrière sa mère. C'est vrai que ce jour la je me suis fait pas mal remonté les bretelles , mais je peux vous assurez que ça en valait vraiment le coup. D'ailleurs , Petit Ours , comme il s'appelle , garde encore la marque de mes "incisives de vampire", comme il en riait si bien. Hm. Je me donna un rapide coup de langue sur l'épaule , puis me passa la patte derrière les oreilles. Les Anciens du Clan , ces imbéciles , disaient souvent que lorsque qu'un chat se passait une patte avant derrière une oreille, c'était un signe qu'il allait bientôt pleuvoir. Pfff. Du grand n'importe quoi moi je vous dis. Du grand n'importe quoi. Je me donna un dernier coup de langue sur le poitrail , puis me redressa , m'ébroua et lança d'un ton détaché au grand chat blanc ;
«Tu disais quoi déjà sur une petite balade dans la plaine ? »




l je fais des textes affreux en ce moment T_T l

____________________

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Base_113

Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L'homme aima les oiseaux et inventa les cages.


Revenir en haut Aller en bas
Étoile Temporelle
Aucun rang
Franchement, qu'est-ce que je fiche là ?

Étoile Temporelle

Nombre de messages : 26
Âge : 24
Date d'inscription : 24/03/2010

Chat
Sexe: Mâle
Rang: Chef
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeSam 3 Avr - 20:55

    Je ne pus, à mon grand soulagement, m'empêcher de lancer une oeillade moqueuse vers la reine. Ah oui, cette prétentieuse Plume de Pie, qui portait bien son nom, lui avait souvent répété « T'as fille est bien maigrichonne. Regarde mes deux petits, Petit Ours et Patte de Racine, ils sont beaux et en plaine forme. ». Qu'est-ce que j'ai rit lorsqu'elle s'est ramenée deux semaines plus tard devant moi en pleurnichant « T'as fille est un monstre ! Elle a failli tué Petit Ours ! ». Comment je l'avais félicité, Plume de Pie n'en croyais pas ses oreilles.
    Mais ce n'était qu'un moment de répit face à la véritable chose qui m'émerveillait moins : l'apprentissage de Petite Mélopée. L'anxiété me rongeait de jour e jours, j'en avais presque assez d'attendre pour le mentor de ma fille. Qui sera le fameux élu ? Qui sera le mentor de ma fille ? J'avais proposé à Larme du Temps s'il voulait s'en occuper, mais il avait simplement rit et m'avait dit « Le jour où ta fille sera mon apprentie, ce sera quand tu m'auras enseigné l'air d'éviter les mines cachées. ».
    Ah, mon petit Larme du Temps, j'aurais tant voulu l'avoir comme fils lui aussi. Il était le seul capable de me faire rire et je savais que s'il avait été le frère de Petite Mélopée, j'aurais eu plus de bonheur à élever ma fille. Ce chat était bourré d'humour, il était féroce, loyal, il n'aimait pas les chats que son ex-mentor n'aimait pas et il était aussi déterminé que le chat blanc. Enfin bon, la seule chose c'est qu'il avait été un admirateur de Tâche de Panthère et ne comprenait toujours pas sa trahison.
    Je regardais ma fille arracher les morceaux de viande du lapin. Si elle était guerrière, attaquerait-elle ses ennemis avec tant d'ardeur ? Probablement, elle était agressive et sauvage. Il appréciait tant sa famille, il était le plus heureux des pères, même si aucun sourire n'apparaissait sur son visage figé comme de la glace.
    Puis elle lui reposa la question de la balade en plaine. Il aurait voulu faire ça plus tôt, mais Doux Mirage n'avait pas voulu, mais qu'elle ch***s* ! Il savait que sa fille était fin prête pour inspecter son territoire dès cinq lunes, il fallait juste ne pas croiser sa mère qui chassait dans les landes en ce moment même. La poisse ! Il haussa les épaules et répondit sur son ton habituel, froid :


« Je veux bien t'emmener dans la plaine à la seule et unique condition que tu n'en dises rien à ta mère, ou on sera mort tout les deux, tu m'as compris ? Je ne comprends pas pourquoi les chatons ne doivent pas quitter le camp avant l'âge de six lunes, c'est une perte de temps, moi je veux que tu vois cette lande, ses dangers et ses beautés. Mais je ne serai pas tendre avec toi. Mieux vaut appendre la vie bien et fermement plutôt que la montrer sous la forme d'une sucrerie qu’on déguste quand on a faim. Tu veux y aller ou non ?»


('Tain, je m'emmerde avec des RP à semi-longs...)
Revenir en haut Aller en bas
Mélopée Nuageuse.
• Mélo-truc.
Jus d'orange à la Vicodin 8 D.


Mélopée Nuageuse.

Nombre de messages : 228
Âge : 22
Localisation : Buvant du thé avec le Chapelier Fou (8).
Date d'inscription : 21/03/2010

Chat
Sexe: Femelle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeLun 5 Avr - 17:11



I know what I want.


    Je leva un sourcil. Ah , le fameux sourcil. Un petit froncement ,et c'est la colère. Un rapprochement , la concentration.Un redressement , l'étonnement. Le sourcil. Rien qu'à observer le langage corporel d'un chat , on peut deviner ses intentions. Et le sourcil , le fameux sourcil , permet en parti de savoir ce que votre interlocuteur pense de vous. Ainsi , moi , en ce dit moment , je levais un sourcil sous l'influence d'un brin de mépris et d'un brin d'amusement. Pourquoi ? Car la question du matou était tout bonnement ridicule. Je n'allais pas soudain me recroqueviller sur moi-même et refuser alors qu'une telle occasion pour sortir de ce foutu camp se présentait à moi. En fait , en y réfléchissant bien , je crois que mon géniteur adoptif avait plutôt posé cette question par principe , pour s'assurer que j'étais prête à sortir ma petite frimousse de chaton dehors. Ah. Dehors. Maintes fois , j'avais réussi à échapper à la vigilance des reines , traversant ainsi la lande sans vraiment savoir où j'allais. Et à chaque fois , une patrouille de guerriers me chopaient et je me prenais une bien belle correction , surtout que je n'étais pas le chaton le plus apprécié de la pouponnière. Et bien sûr , à chaque fois , je n'avais pas vraiment le temps d'observer la lande sous toutes ses coutures et même de chasser un petit insecte. Alors une telle occasion ... Bien sûr , j'allai être accompagnée , mais bon , mieux valait-il ça que de rester cloîtrée dans ce nid de putois. Je cligna lentement des yeux , le même air distant que d'habitude . Laisser le silence se prolonger. J'adorais ça . Enfin , après quelques secondes passées sans rien dire , juste à regarder , j'agita un peu ma longue queue écaille avant de miauler d'un ton froid mais un poil amusé ;

    « Tu me prends pour qui ? Bien sûr que je veux. »
    Et comme pour souligner ses paroles , je dépassa Brise Temporelle d'un pas gracieux et m'engouffra dans le tunnel. La lumière blafarde du jour m'aveugla un instant. Puis , petit à petit , tout devint à nouveau plus net. Là , à ma droite , les apprentis s'affairaient autour des litières dégoûtantes des Anciens. A gauche , un guerrier mâchait une bouché de lapin , le regard perdu dans les vagues. A côté de lui , une jolie minette débarbouillé son compagnon. Beurk. Au centre du camp , le lieutenant donnait des ordres aux félins restants . Ah, le camp. Qu'est ce que j'étais contente de la quitter. Enfin. Je m'arrêta à contre-cœur , l'œil rivé sur la sortie , la queue battante. Derrière moi j'entendais les pas de Brise Temporelle qui me rejoignait. Je me mordis la lèvre , m'obligeant à ne pas sourire. Sourire serait trop ... puéril. Et c'est certainement bien à cet instant que je devrai paraitre le moins enfantine possible. Oui , je sais , ma moralité m'a toujours dicté que je devais faire ce que bon me semblait , sans se sentir obligée de quoi que ce sois , mais , au moins pour cet journée , je devais impressionné mon faux paternel , histoire qu'il accélère un peu les choses. Quand je parle "des choses" , je dis bien de mon entrainement. J'ai que quatre lunes , je sais , pas la peine de me faire un dessin. Mais , mais , je sais me battre -un peu près- et sortir en douce du camp. J'ai également rencontré un chat d'un autre Clan , je ne suis donc pas la petite fille coincée dans les jupons de ça mère. Je suis mature , intelligente et ... belle. Atout ou pas , je suis belle. Et , il faut dire , j'en ai pris conscience bien trop tôt ... Bref.

    Vive comme l'éclair , je traversa le camp au pas de course , jetant de temps à autre des coups d'œil par-dessus mon épaule , m'assurant ainsi que Brise Temporelle me suivait toujours. Bientôt , l'entrée du repère du Clan se dessina devant moi, et soudain , sans prévenir le mâle blanc , je stoppa brusquement et fis volte-face , mes grands yeux bleu-glaces scrutant le guerrier , sans pour autant s'arrêter sur son visage.

« On y va, cher pôpa ... ? »

____________________

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Base_113

Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L'homme aima les oiseaux et inventa les cages.


Revenir en haut Aller en bas
Étoile Temporelle
Aucun rang
Franchement, qu'est-ce que je fiche là ?

Étoile Temporelle

Nombre de messages : 26
Âge : 24
Date d'inscription : 24/03/2010

Chat
Sexe: Mâle
Rang: Chef
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeSam 10 Avr - 14:32

    Je sortit de la pouponnière en cligna des yeux, peu habituer à descendre si bas, dans les abimes sombres de la tanière aux petits. C'est vrai, j'y allais très peu souvent, je n'aimais pas les chatons, tous ces sales gosses s jetant sur moi pour "jouer". La bagarre, ce n'était pas un jeu, je l'avais bien mis dans le crâne de ma fille, enfin je l'espérais.
    Les combats, c'était une vengeance, une haine ou alors une ambition, les combats avaient une raison, mas pas pour jouer ! Ce Patte de Racine avait bien tenté de se jeter sur moi pour rire, il a compris que je n'étais pas un tendre. Et /BAM/ ! Tombé, le chaton, pleuré qu'il a fait derrière sa mère. Tarlouze.
    Je me dirigea en douceur vers Petite Mélopée, ducement, ignorant les chats autour de moi et même ma fille. Elle s'était élancée comme une voleuse en avant. Malgré mon air froid, normal, elle allait comprendre que, quad on me désobéissait, ça virait vite au rouge. Coeur d'Or était au solail, plus loin. Je méloigna un moment de ma fille et je salua mon père en souriant. Mon père, mon dernier ami, le seul à qui je souriait avec Doux Mirage, parce qu'il m'avait protégé de ma mère et de la vie. Je lui donna un coup de langue entre les deux oreilles, lui expliqua que je sortait avec ma fille et je me retourna vers la petite peste. Elle me posa une question et la finit par « Pôpa ». Ironie ou gentillesse ? Plus du mépris, mais dans les doute, mieux valait lui apprendre la leçon bien et fermement.
    orsque j'arriva à côté d'elle, je la frappa violemment avec ma queue, les sourcils froncés. Elle tomba lourdement au sol et je feula sur un ton rageur :


« Je t'ai dit de me suivre, petite c*nn*. La prochaine fois que tu parts en avant, ce sera mes griffes et pas une baffe. Et si tu réponds, je te fera devenir apprentie à l'âge de 8 lunes ! »

    Plus loin, une reine poussa un hurlement choqué pendant que plusieurs chats me toisaient. Je cracha sur Petite Mélopée et m'engouffra dans le tunnel. Elle avait intêret à m'écouter, car elle savait que je mettais toujours mes menaces à excecution quand j'en avais besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Mélopée Nuageuse.
• Mélo-truc.
Jus d'orange à la Vicodin 8 D.


Mélopée Nuageuse.

Nombre de messages : 228
Âge : 22
Localisation : Buvant du thé avec le Chapelier Fou (8).
Date d'inscription : 21/03/2010

Chat
Sexe: Femelle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeSam 10 Avr - 21:24


«
Requiem. »

    Baf. Le coup avait été sec , violent. Je resta un instant immobile , la gueule entrouverte , les pupilles dilatées. Puis mes membres cédèrent sous moi et je tomba avec un bruit mat sur le sol poussiéreux. La terre entra dans ma bouche. Je cracha , le regard larmoyant , et tenta tant bien que mal de me relever. Dans ma tête , le monde semblait tourner. D'où était donc venu ce coup ? Pourquoi ? Qu'avais-je fait de mal ? Un hurlement retentissant résonna dans mes oreilles. Mon cœur rata un battement. Une attaque ? Je me retourna d'un bond , l'échine hérissée et les yeux rougis. Un choc. Il était là, toujours aussi froid , aussi morne , aussi empathique. Mon regard se glaça. Lui ... ? Pourquoi ... ?
« Je t'ai dit de me suivre, petite c*nn*. La prochaine fois
que tu parts en avant, ce sera mes griffes et pas une baffe.
Et si tu réponds, je te fera devenir apprentie à l'âge de 8 lunes ! »
    J'eus soudain très envi de lui cracher dessus , de rayer son beau petit museau noir d'un bon coup de griffe , avant de faire volte-face et de m'enfuir en courant. Et pourtant , ce fut une force invisible qui me retint de commettre l'irréparable. Une main gantée qui m'avait attrapé par l'échine et m'empêchait de faire le moindre mouvement. Je fixais le chat grisâtre d'un œil froid et dégoûté. Je ne comprenais même pas pourquoi il avait fait ça. En fait , j'm'en foutais. Il m'avait assénait un coup , douloureux et gratuit . Le peu de reconnaissance que j'avais envers lui s'envola en un instant. Si j'avais été un héros , j'aurai pris le coup sans ciller, puis aurai considérai ce c*nnard avec pitié et dégoût , avant de faire volte-face et de continuer ma route. Mais je n'étais pas un héros. Je n'étais Personne. Juste une minuscule chatte asociale traumatisée par des cauchemars invisibles. Ainsi donc , je ne dirai rien , suivrai le "guerrier" en silence , le regard empli des démons de la haine et de l'incompréhension. Je n'oublierai pas, ne pardonnerai pas. N'adresserai plus la parole au "guerrier". Ne le regarderai même plus. Non , je n'étais pas un héros. Loin de là. Un grand cœur dédaigne et oublie , mais le lâche se réjouit dans la haine.

    Je me redressa. Ma bouche , il y a encore quelques instants agrémentée d'un rictus "heureux" , était à présent tirée en une ligne fine et dure. Je tourna lentement les talons. Mes gestes , lents et dégoûtés , n'avaient plus rien de ma grâce habituelle. Douloureusement , je marcha vers le tunnel. Mes oreilles étaient rabattues contre mon crâne. Ma queue trainante. Mon regard larmoyant et haineux. Mais ma tête était levée bien haut , comme si je tentais de sauver le peu de dignité qu'il me restait. A présent , je savais , je ne devais faire confiance à personne. Peut être que si je m'étais préparée à ce coup , ne serai-je pas dans cet état la. Peut être aurai-je eu le courage de faire volte-face et de retourner dans la pouponnière la tête haute. Mon flanc fut agité d'un profond soupir. Plus que jamais , en ce dit instant , dans ce dit camp , devant ce foutu tunnel , j'avais envi d'être Âme du Vent, la Solitaire libre et sauvage. Je le savais , je ne voulais pas devenir une guerrière. Chasser pour son Clan , s'occuper des Anciens ... Beurk ! Ne dépendre de personne , mon grand songe , mon utopie de toujours. Surtout que j'avais déjà eu l'impression d'avoir senti le vent sur mon pelage et le parfum subtil de la Liberté ... Liberté. Liberté chérie.

    Mon songe se brisa net lorsque j'aperçus les yeux turquoises du c*n qui m'avait défoncé l'épaule. Je m'arrêta aussitôt , les muscles crispés , comme si au moindre souffle , à le moindre menace , j'étais prête à m'enfuir en courant dans la Lande. A vrai dire , une idée folle , impossible , commençait à germer dans mon esprit. Et si ... ?


____________________

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Base_113

Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L'homme aima les oiseaux et inventa les cages.


Revenir en haut Aller en bas
Étoile Temporelle
Aucun rang
Franchement, qu'est-ce que je fiche là ?

Étoile Temporelle

Nombre de messages : 26
Âge : 24
Date d'inscription : 24/03/2010

Chat
Sexe: Mâle
Rang: Chef
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeDim 11 Avr - 0:49

    Je m'arrêta devant l'entrée, attendant ma fille plutôt énervé. Mais sous son air malheureux et coléreux, je m demanda si mon coup n'avait pas été trop dur. Puis je me ressaisit, j'avais frappé comme il le fallait, je me défoulerais sur elle jusququ'à ce qu'elle comprenne que c'est à moi qu'elle doit le respect.
    Voyant qu'elle n'avançait pas beaucoup, je recula vers elle et la poussa du bout du museau, sans mot dire, les lèvres pincées. Coeur d'Or, mon père, me fixait, je sentait son lourd regard émeraude sur moi, mais je ne me retourna pas. J'étais devenu assez stupide et honteux de moi. Comme pour me faire pardonner à ma façon, je donna un coup de langue affectueux sur le sommet du crâne de ma fille et l'obligea à avancer.
    Cependant, un goût étrange empli ma bouche, un goût métallique, comme du sang. Un pressentiment s'empara de moi, cette gamine n'était pas normal. Mes yeux turquoise se réduisirent en deux fentes tandis que je j'avançai à pas lents pour sortir de ce foutoir, ces chats trop curieux à mon goût qui se fichaient de ma gueule.

    La lande ! Aaaah... Ah cette lande infinie qui s'étalait sous mes yeux, théatre de scènes de crimes pour des lapins et des chats -notamment mon frère. Je poussa de nouveau Petite Mélopée et je m'assis près d'elle, queue enroulée autour des pattes. Un arbre mort brandissait ses branches frêles tandis que moi, je regardait ce corbeau noir perché sur l'une d'elle Signe de mort, cet oiseau charognard était le pire cauchemard des vieux guérisseurs.
    Je fis signe à la chatte écaille de se taire et je m'applatis au sol, tous mes sens en éveil. Puis un pas, puis deux pas, puis je bondis ! L'oiseau n'eut pas le temps de s'envoler, je l'attrapa dans ma gueule et me retourna vers ma fille, toujours aussi rancunière apparemment. Mais j'allais lui montrer le sens des mots chats sauvages. Je déposa le corbeau devant elle, il était vivant, à l'agonie, mais vivant.


« Je veux que tu l'achèves. Et vite. Il est sonné même s'il souffre, abrège ses souffrances ou il se renvolera. Allez bouge-toi ! Tu es un chats ou un lapin, j'ai presque honte de toi, prouve-moi que tu es féroce, une lionne, une tigresse, une ourse ! Peut-être que là, j'aurais de l'estime pour toi et peut-être qu'en me prouvant ta force, tu seras chef à la place d'Etoile Noble, trop pacifique à mon goût. »
Revenir en haut Aller en bas
Mélopée Nuageuse.
• Mélo-truc.
Jus d'orange à la Vicodin 8 D.


Mélopée Nuageuse.

Nombre de messages : 228
Âge : 22
Localisation : Buvant du thé avec le Chapelier Fou (8).
Date d'inscription : 21/03/2010

Chat
Sexe: Femelle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeDim 11 Avr - 11:02


My Immortal - here.


    Je resta campée sur place , mon regard glacé se posant sur tout et n'importe quoi sauf , bien évidemment , mon géniteur adoptif. Et si ... ? Cette pensée était folle , irréparable , mais pas impossible. J'avais peu de chances , je sais , mais il restait encore un espoir. Quoique , à l'âge de quatre lunes , peu de chatons ont réussi à survivre seuls... Je frissonna. Le "guerrier" venait de me donner un petit coup de museau encourageant. J'en déduis rapidement qu'il fallait que j'avance. Pourtant , un mécanisme semblait s'être enclenché , de façon à ce que mes pattes n'avançaient que lentement , à un rythme régulier. Un nouvelle fois , je frissonna. Il venait de me donner un coup de langue. Mes lèvres tremblèrent un instant. Je ne pleurais pas , non . Je riais intérieurement. En me frappant , cet idiot s'était mi dans une merde pas possible. A présent , la moitié des chats du camp le toisaient , et au loin , je vis même cet Ancien doré fixer son fils avec beaucoup de froideur. Et pour se sortir de ce pétrin pas possible , il ne restait plus à Brise Temporelle que d'offrir un signe d'affection à sa "fille". Franchement , je m'en serai bien passée. Lorsque que sa langue effleura mon pelage , se fut comme une horrible sensation de brûlure et l'odeur exécrable d"une chose inconnue qui me frappèrent de plein fouet. Je sursauta et fit un petit bond maladroit vers l'avant. Et cet ainsi que commença ma première expédition dans la Lande

    La Lande. Quel endroit magnifique. Bien que je suis déjà venue ici , je n'ai que brièvement aperçut toutes les beautés de ses collines verdoyantes ou arides. Là , un petit papillon aux milles couleurs voletait parmi les fleurs à peine écloses. Je me retins avec beaucoup de mal de lui courir après. Et là , sur le rocher , un lézard dorait ses écailles verdâtres, un air bien-heureux affiché sur sa gueule. Et là encore , un coquelicot , tout juste né des entrailles de la Terre, se balançait tranquillement au gré du vent ...

    Soudain ,il s'arrêta. Presque à contre-cœur, je me laissa tomber sur l'herbe fraiche de rosé. Il me fit signe de se taire. Pff. Comme si c'était utile. Je n'avais pas dit un mot depuis qu'on était sorti du camp. Je l'observais d'un œil critique tandis qu'il rampait à plat ventre vers un corbeau tranquillement posé sur une branche. Le volatile ne se doutait sûrement pas qu'il allait bientôt finir en pâté pour chat. Pauvre chou. Je cligna lentement des paupières , songeant à une possible fuite , quand soudain Brise Temporelle banda ses muscles et bondit . Le corbeau poussa un croassement apeuré mais le chat blanc était déjà sur lui. J'haussa un sourcil, m'attendant à ce que le chasseur l'achève. Si il pensait que c''était en tuant un animal innocent qu'il allait gagner mon respect ... Mais il n'en fit rien. A la place , il vint déposé le corbeau devant mon nez. Je baissa le regard sur la bête noir. L'oiseau ténébreux était en train d'agoniser lentement.


« Je veux que tu
l'achèves. Et vite. Il est sonné
même s'il souffre, abrège ses souffrances ou il se renvolera. Allez
bouge-toi ! Tu es un chats ou un lapin, j'ai presque honte de toi,
prouve-moi que tu es féroce, une lionne, une tigresse, une ourse !
Peut-être que là, j'aurais de l'estime pour toi et peut-être qu'en me
prouvant ta force, tu seras chef à la place d'Etoile Noble, trop
pacifique à mon goût. »


    Mon hésitation ne dura qu'un instant. Je plongea mes minuscules crocs de chaton dans le gorge du blessé. Mes mâchoires se refermèrent sur le cou de la victime. Celui ci fut soudain agiter de violents soubresauts. Un liquide métallique , affreux , empli ma bouche et dégoulina sur mon menton. Je sera encore plus fort. Le corbeau pousse un horrible croassement mué en un gargouillis incompréhensible, puis son corps se détendit. Un dernier soupir agita le poitrail noir du pauvre oiseau. Ensuite , vint le silence. Silence. Lourd , insoutenable. Un silence de mort. Je finis par déserrer mon emprise, considérant mon "œuvre" . Le corbeau était immobile , masse informe de plumes tachées de sang au niveau du cou et de l'abdomen. Impassible , je passa ma langue sur mes babines. Le goût métallique , l'odeur exécrable, me prirent à nouveau à la gorge. Alors s'était ça que j'avais senti lorsque que Brise Temporelle m'avait donner un coup de langue. L'odeur du sang. De la Mort.

« Je n'ai pas envie d'être chef. » miaula-je d'un ton neutre.

____________________

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Base_113

Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L'homme aima les oiseaux et inventa les cages.


Revenir en haut Aller en bas
Nuage Musical
♣ Nix' fondictatrice.
Si j'aime le Canada, c'est pour faire chier !

Nuage Musical

Nombre de messages : 1510
Âge : 24
Localisation : Ben, chez moi voyons...
Date d'inscription : 30/07/2008

Chat
Sexe: Mâle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Rivière

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeDim 11 Avr - 17:04

    Là, je me crispa, mes muscles bandés, mes yeux plissés. Voilà donc ce qu'était ça, cette chose, ma fille. Aucune réaction quant à son attaque, ni même m'avait-elle contredis. Avais-je fait une erreur en la prenant comme enfant ? Je pense oui, je pense que mon erreur avait été des plus graves. J'enfantais la fille de Tâche de Panthère en un sens.
    Une bête de sang, une créature immonde, non cela n'avait rien d'un chaton, d'une bouille mignonne. Elle n'était pas choquée par la vue du sang. Mais cela était-ce vraiment un problème ? J'hésita.
    Un vrai guerrier n'avait ps à chialer devant la mort, il avait à bomber le torse et montrer ses dents à la faucheuse, retraitant toute vie. Ma fille avait peut-être eu la qualité du courage, de l'orgueil même. Voilà ce qui me retenait.
    Mais d'un autre côté... D'un autre côté, oui, elle était froide, mauvaise et trop calme. Ce la me reppelait une vieille histoire. Mes longues griffes se plongèrent alors dans le sol. Non, je ne devais pas le faire, je devais la protéger, c'était mon but, mon unique et dernière raison de vivre, elle passait avant mon Clan. Et elle ne voulait pas être chef...
    Pardon ? Elle avait dit quoi ? Je la dévisageais avec incompréhension. Quel rêve était assez fou que devenir guerrier ? Lieutenant ? CHEF ??? Et cette sote me disait qu'elle ne voulait pas être chef ? Non, elle était folle.
    Mes yeux s'arrondirent. J'eus une illumination. Et si... Elle était folle ? Une attardée mentale, non, mais une psychopathe. Mon sang se figea dans mes veines tandis que ma respiration se fit plus difficile et je recula de quelques pas. Non, c'était impossible. Je pensais m'être débarrassé de la seule psychopathe qui m’avait traumatisé : ma mère. Pas ça, tout sauf ça !
    Une envie de meurtre contre la petite chatte écaille vint germer dans mon esprit, mais que dirais-je à Doux Mirage ? Si je revenais avec son corps flasque dans ma gueule et que je racontais qu'un blaireau l'avait eu, soit elle ne me croirait pas, soit elle me haïra pour ne pas avoir réussi à protéger notre enfant.
    Quel père je faisais ? Je maltraitai ma fille, je l'insultais et par dessus le marché, je l'enviais de mort. Jaloux ? Sûrement, mais pas de son mental. D'un geste paternel, je me ressaisis et j'alla me coller contre ma fille, l'enroulant sous ma queue, le regard protecteur mais toujours dur. Peut-être avant d'être trouvée dans les landes était-elle triste et battue, mais elle ne s'en souvenait pas. Nous avions tant de points communs et voilà comment ce « rêve » se terminait. Je m'en voulais, je m'en voulais tant, je passais à côté du bonheur. J'avais une famille, un Clan mais j'étais triste. Huh, allez chercher l'erreur vous-même. J'étais peut-être moche et con, mais j'étais loyal. Etait-ce tout ?
    Alors je baissa les yeux vers l'oiseau et le pris dans mes mâchoires... Pour l'enterrer sous l'arbre. Oiseau maudit ! Puis j'alla débarbouiller ma fille, pleine de sang, goûtant sans rechigner au liquide écarlate. Elle me détestait, j'en avais conscience, alors je lui murmura :


« Vas-, lâche toi, qu'as-tu sur le cœur ? Attend... Attend un instant, Petite Mélopée, je suis ton père, je n'ai pas toujours été juste avec toi, je sais... Mais réfléchie un peu, je n'essaye pas de t'humilier, mais de te... Protéger. Mais tu lui ressembles tellement à cette... Tu lui ressembles tant, j'ai honte, si tu veux... Tu peux me délaisser de mon devoir de père, je ne l'assume pas assez bien. »


    Sachant pertinemment qu'elle se foutait royalement de mes paroles, du moins je pensais le devine, je jeta un bref coup d'œil vers le soleil déclinant bas et je me détourna pour partir. Me suivrait-elle ? Forcement, elle était intelligente. Petite Mélopée, ne crois pas que j'étais un doux agneau en te disant ces paroles, le jour viendra où tu en feras de trop et je devrai achever le fil qui te retient à la vie. Un jour tu sentiras les griffes dans ta gorge et là je serai vengé.

____________________
Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] 100117032849629072

La musique ordonne sons et silences au cours du temps.

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] 100522024104238214
Revenir en haut Aller en bas
https://warriors-chats.forumactif.org
Mélopée Nuageuse.
• Mélo-truc.
Jus d'orange à la Vicodin 8 D.


Mélopée Nuageuse.

Nombre de messages : 228
Âge : 22
Localisation : Buvant du thé avec le Chapelier Fou (8).
Date d'inscription : 21/03/2010

Chat
Sexe: Femelle
Rang: Apprenti guerrier
Clan: Vent

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitimeLun 19 Avr - 22:37




        Wherever You Will Go.



    « Et le petit oiseau noir prit son envol . »
    Le cadavre était encore chaud. Sa tête , posée mollement sur l'herbe écarlate de gouttes de sang. Ses yeux , encore ouverts , mais si vides. Il semblait presque vivant. Comme si , d'une seconde à l'autre , il se relèverait et prendrait son envol. Mais non. La Mort émanait de son corps inerte.Bientôt , il ne sera que terre et boue, ses os rongées par toutes sortes d'êtres exécrables.C'est fou ce que ça va vite, la Vie. Il suffit d'un petit coup de dent , et hop , juste terre , boue , et os ...Et hop , plus rien. Pas d'esprit caché , pas d'âme perdue , juste plus rien. Il n' a rien après la Mort. La Mort est une chose horrible , qui en un petit coup de dent peut priver de tant de joies une pauvre créature innocente.Et hop , plus rien. Les vieux ont sûrement dû inventer les étoiles pour enlever la peur de la Faucheuse aux guerriers. Et hop. La dégénérescence est bien pire que la Mort. Et hop. Mais qui sait ça ? Et hop. Moi. Et hop. Quoi de mieux qu'une dégénérée pour décrire la folie ? Et hop ...

    Pourquoi me contemples-tu comme ça ? Je suis ta fille , non. Peut être une misanthrope dégénérée mentale , mais ta fille quand même. Tu me bats. Tu doutes de moi. Tu veux peut être me tuer, ou encore ne jamais m'avoir vus. Mais je suis ta fille. Quand même. Un père aime sa fille. Et peut être qu'une fille aime son père ...
    Mais je ne suis pas ta fille. Tu n'es pas mon père. Et je te hais.
    Hey, Brise Temporelle. La misanthrope dégénérée mentale qui te sert de fille adoptive te hait.

xxx
    Et je recula. Mon regard océan se détacha avec dégoût du corps ensanglanté de ma victime. Je ne ressentais rien pour ce corbeau. Pour sa pitoyable petite vie de rapace sinistre. Je n'avais pas eu envie de le tuer. On m'y avait obligé. Je l'ai fait. Point. Ça s'arrête là. Pas de larmes , de regrets , d'horreur , d'euphorie. Juste un vide incroyable. Un vide , un calme , qui commençait moi-même à m'intriguer. Je frissonna. Et ramena mon regard bleu vers celui , turquoise, du matou blanc. Il venait de se presser d'un geste 'paternel' contre moi. Un nouveau frissonnement parcouru mon corps. Je mourais d'envie de faire un pas en arrière , de briser le contact peu désiré avec mon faux géniteur. Mais je n'en fis rien. Un long silence , un silence de mort , s'installa. Puis Brise Temporelle se leva et attrapa le cadavre de l'oiseau. Puis , toujours en silence , il alla l'enterrer sous l'arbre mort. Et moi , je leva les yeux vers le ciel , imperturbable. L'Astre du jour se couchait lentement à l'horizon, baignant de sang les nuages poudreux. Je cligna des paupières. Le 'guerrier' venait de revenir vers moi , et à présent me débarbouillait à grand coup de langue. Je ne bougeais pas. Le regard levé vers le ciel. Mais le cœur recouvert d'une voile de tristesse et de haine.

« Vas-, lâche toi, qu'as-tu sur le cœur ? Attend... Attend un instant,
Petite Mélopée, je suis ton père, je n'ai pas toujours été juste
avec toi, je sais... Mais réfléchie un peu, je n'essaye pas
de t'humilier, mais de te... Protéger. Mais tu lui
ressembles tellement à cette... Tu lui ressembles tant,
j'ai honte, si tu veux... Tu peux me délaisser de mon devoir de père,
je ne l'assume pas assez bien. »

«Je ressemble tant à qui ... ? »
    Je n'attendais aucune réponse. Tout comme il n'en avait attendu aucune lorsque qu'il m'avait chanté son beau discours. A présent il m'avait tourné le dos et s'éloignait lentement vers l'horizon. Je me retourna. Balaya la Lande du regard. Le paysage était si pittoresque. Le Soleil couchant , les nuages teintés ... Je me voyais déjà courir avec le vent, traversant les plaines à toute vitesse , riant. Je me retourna à nouveau. Cette fois , mon regard revint sur l'être hait , le monstre qui avait trahit ma confiance. Je plissa les yeux. Mon regard froid , océan , poignarda le matou grisâtre en plein cœur. J'hésitais. Je ne voulais pas devenir comme lui. Aussi con. Aussi froid. Aussi moche. Mais j'étais rationnelle. Et la raison me poussait à le suivre. Je savais qu'à quatre lunes , je ne survivrais jamais seule dans la Lande. Un aigle ou un blaireau ,un renard ou un Bipède , et je n'étais que sang et os. Un soupir silencieux agita mon poitrail étroit. Malgré tout , mon cœur me criait de partir. Si je devais mourir , ça serait libre et heureuse. Pas glacial et misanthrope. Je ferma les yeux. Nouveau soupir.
    La Vie. Et la Liberté.
    La raison. Et le cœur.
    La raison et le cœur.

    Je choisis la raison.



____________________

Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Base_113

Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L'homme aima les oiseaux et inventa les cages.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Empty
MessageSujet: Re: Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]   Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Fier ou honteux ? [PV Mélo, ma fille]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Danse petite fille, danse!
» Jeune fille aux cheveux de feu, brûle le mal de tes paroles. [Yaelle]
» Bonjour, je suis l'amante de votre fille [Alicia]
» Rp avec la fille aînée d'Hélios
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warriors Cats :: Le RP :: Clan du Vent :: Camp du Vent :: La pouponnière-
Sauter vers: